4 juillet 2017

Objet #18

Montre Cartier modèle Tank carrée, 2017 - Dessin © Yannick Vallet (d'après Jean-Pierre Melville)

Film : Le cercle rouge
 
INTERIEUR . LE GREFFE DE LA PRISON DES BAUMETTES
Dans le bureau, tandis qu'un employé
lit une liste inscrite sur un registre,
un autre retire d'une boîte sortie
d'une armoire métallique les objets
que Corey avait sur lui quant il a été
arrêté.
                              1er EMPLOYÉ
                              … Un portefeuille… trente mille
                              anciens francs… trois photos…
                              un permis de conduire… un passe-
                              port…
                              COREY
                              Périmé…
                              1er EMPLOYÉ
                              Une montre-bracelet en platine…
                              Un trousseau de clés…

C'est dans cette scène qu'on aperçoit pour la première fois la montre de Corey. Plutôt luxueuse la montre. Il ne la mettra d'ailleurs pas tout de suite, la fourrant rapidement dans la poche de son imperméable.
Puis, comme dans Le samouraï et Un flic, Alain Delon, dans Le cercle rouge, portera sa montre à l'intérieur de son poignet droite. Exactement comme Jean-Pierre Melville dans la vraie vie. Le cinéaste et le personnage ne font plus qu'un, ils sont une unique et même personne. L'identification est totale : le personnage est le cinéaste.
Par contre, ce qui est une fois de plus étonnant, c'est que Melville ne se servira jamais de la montre pour établir un suspense. Alors que le seul gros plan qu'il fait de cet objet, se situe pendant le cambriolage de la bijouterie, l'indication de l'heure qu'il nous donne est juste … une indication de l'heure[1]. Nous savons qu'il est trois heures du matin et c'est tout. À aucun moment, en amont de l'action nous avons été mis au courant d'un délai ou d'un horaire quelconques. Le spectateur doit simplement apprécier que l'action se déroule en pleine nuit et qu'à priori personne ne sera là pour déranger les cambrioleurs. Toute tension engendrée par un élément extérieur est ainsi désamorcée. La seule tension palpable viendra des trois protagonistes eux-mêmes enfermés dans ce lieu, ainsi que du travail un peu particulier qu'ils effectuent. Une montre pour seul témoin d'une seule obsession, celle du temps qui passe tout naturellement.
À noter que dans Un flic, Edouard Coleman porte également une Cartier mais de modèle Tank cintrée. Que l'on ne voit d'ailleurs pratiquement pas à l'écran, si ce n'est au moment où il l'enlève pour frapper un des pickpockets !
[1] on comprend ainsi que Jansen devait se trouver derrière la porte blindée de la bijouterie à cette heure précise, pour pouvoir lui ouvrir de l'intérieur. Et effectivement, lorsque Corey ouvre, Jansen est bien là. Donc tout se déroule comme prévu.